Traitement des lithiases

Les lithiases urinaires, ou calculs urinaires, sont une maladie de civilisation, favorisée par la sédentarité, le surpoids, une alimentation déséquilibrée, et certains modes de vie.

Pour le traitement des lithiases, jamais les possibilités techniques n'ont été aussi bonnes qu'aujourd'hui. Il n'en est donc que plus important de les mettre en œuvre de manière judicieuse, et de procéder à une pose d'indication correcte.

Souvent, les calculs rénaux ne se manifestent pas du tout, ou sont diagnostiqués tout à coup pour la première fois dans le cadre d'une colique des voies urinaires. Pour la formation de calculs, les habitudes de vie (sédentarité, alimentation déséquilibrée, surpoids) jouent un rôle majeur. Mais il y a aussi d'autres facteurs (anomalies anatomiques, troubles du métabolisme, facteurs génétiques) favorisant l'apparition de lithiases.

Les hommes sont plus concernés que les femmes, cet équilibre évoluant au profit de celles-ci.

Les lithiases urinaires résultent de la saturation de l'urine en sels minéraux. Il y a précipitation de ces sels, qui s'agglomèrent en cristaux et peuvent atteindre des tailles très importantes. Ces cristaux se forment aussi chez les personnes aux reins sains, mais passent alors la plupart du temps spontanément l'uretère, sans causer les coliques typiques, extrêmement douloureuses.

Le traitement des lithiases symptomatiques est varié.

Aussi, un diagnostic soigné est nécessaire avant de procéder à un choix thérapeutique. De plus, le succès d'une thérapie dépend toujours de manière décisive des qualités du chirurgien.

Sont pratiqués aujourd'hui la fragmentation des calculs par ondes de choc sonore externes (lithotripsie extracorporelle, LEC), des procédés endoscopiques permettant l'extraction directe du calcul (urétéroscopie, URS), (néphrolithotomie percutanée, NLPC), ainsi que l'extraction du calcul par chirurgie ouverte.

 

LEC (lithotripsie extracorporelle par ondes de choc sonores)

La LEC est un procédé peu traumatique de fragmentation d'un calcul situé dans le rein. Cette méthode est peu invasive et ne présente pratiquement pas d'effets secondaires. Elle ne permet cependant pas une disparition complète de la lithiase, le traitement achevé. Bien plus, les calculs sont cassés en fragments plus petits. Le patient peut/doit ensuite assurer lui-même leur élimination – en buvant plus, par de l'exercice physique, un traitement aux vibrations. Au bout de 2 à 3 mois, la plupart des patients ne présentent pratiquement plus de lithiases.

 

URS (urétéroscopie), rigide et flexible

L'extraction directe par la voie de l'urétéroscopie est indiquée si les lithiases se trouvent dans l'uretère (endoscopie de l'uretère à l'aide de laser, panier, pince ...). L'URS est une méthode d'extraction très élégante. Par rapport à la LEC cependant, elle est plus invasive et présente un risque de complications plus important. Bien que le chirurgien utilise pour l'intervention une voie existante, l'élimination ne peut avoir lieu à 100%, l'étroitesse de l'anatomie rendant parfois impossible un retrait primaire. Comme dans le cas de la LEC, la pose d'indication est décisive.

 

NLPC (néphrolithotomie percutanée)

La NLPC est un procédé d'extraction d'une lithiase de taille importante (à partir de 1,5 cm), située dans le rein. L'accès au rein a lieu par la voie percutanée, au niveau du flanc. Après un contrôle échographique, une ponction est effectuée dans le rein touché, le canal de ponction est dilaté à 1 cm, et un tube de travail est introduit dans le rein. Celui-ci permet le passage des instruments les plus divers pour la fragmentation et l'extraction parallèle du calcul. Cette méthode est très invasive et doit également faire l'objet d'une pose d'indication correcte.

Chirurgie ouverte

La chirurgie ouverte est une forme de traitement devenue très rare. Sont utilisés la plupart du temps des procédés endoscopiques, mais cette méthode reste justifiée dans certains cas de figures, par exemple pour les lithiases résultant d'une étroitesse des voies d'écoulement du bassinet. Ici, le seul retrait du calcul ne permettrait pas d'éliminer la cause de la lithiase, c'est-à-dire l'étroitesse des voies d'écoulement du bassinet. Une intervention permet dans ce cas d'y remédier.

 

Rechercher dans tout le site:
St.-Antonius-Hospital

Akademisches Lehrkrankenhaus der RWTH Aachen

Clinique d'urologie et
d'urologie pédiatrique

Dechant-Deckers-Str. 8
52249 Eschweiler

+ 49 2403 - 76 1861

 
St.-Antonius-Hospital Eschweiler
Dechant-Deckers-Str. 8
52249 Eschweiler
tél.: 02403 76 - 0
fax: 02403 76 -1119