Anesthésie obstétrique

Chaque année, environ 700 naissances ont lieu dans la clinique de gynécologie et d’obstétrique. La plupart du temps, ces naissances se déroulent sans faire appel à l’anesthésie.

Un médecin anesthésiste se tient à disposition 24 heures sur 24, si une césarienne s’avère nécessaire.

La clinique dispose des techniques modernes d’anesthésie générale- et d’anesthésie régionale. Après un diagnostic, nous veillons à administrer la charge médicamenteuse la plus légère dans l’intérêt de la mère et de l’enfant. C’est pourquoi, lorsqu’une césarienne est planifiée, nous favorisons la technique d’anesthésie péri-médullaire (rachianesthésie ou anesthésie péridurale).

S’il faut intervenir plus rapidement en raison de complications pour la mère ou pour l’enfant, nous pratiquons une anesthésie générale.

Dans le cadre d’un accouchement « normal », les patientes qui le désirent peuvent demander la pose d’un cathéter péridural (APD) pour un accouchement sans douleur.

Pour cela, on place un tube en plastique fin, mou et flexible à proximité du canal de la moelle épinière. La pose du cathéter est indolore, car il est introduit sous anesthésique local (voir fig. 1 à 3).

Ensuite, la peau et les tissus sous-jacents sont endormis grâce à un anesthésique local (fig. 1), puis le tube en plastique est placé via la canule (fig. 2). La canule péridurale (CPD) est retirée de l’embout du tube si ce dernier est bien placé et il ne reste que le tube en plastique (fig. 3).

Pour réduire la contamination microbienne, un système de filtre est attaché au bout du tube. Ensuite, le tube est collé en place avec du sparadrap pour l’empêcher de glisser.

Par ce tube on peut ainsi administrer des médicaments qui atténueront la douleur tout en permettant le travail actif de l’accouchement : les mouvements et la sensibilité restent inchangés.

Pour les patientes qui le désirent, des anesthésiques locaux en faible concentration associés à un autre analgésique peuvent ainsi être dosés de manière à ce que même une mobilité de la femme enceinte reste possible.

La première injection est administrée par l’anesthésiste tandis que les autres soins, y compris l’administration d’autres analgésiques, sont prodigués par les médecins de la clinique gynécologique.

 

Rechercher dans tout le site:
St.-Antonius-Hospital

Akademisches Lehrkrankenhaus der RWTH Aachen

Clinique d'anesthésie et de médecine intensive chirurgicale

Dechant-Deckers-Str. 8
52249 Eschweiler

+ 49 2403 - 76 1891

 
St.-Antonius-Hospital Eschweiler
Dechant-Deckers-Str. 8
52249 Eschweiler
tél.: 02403 76 - 0
fax: 02403 76 -1119